Delphine Bardin

Faites un don de 1,50 euro et bénéficiez d'une réduction de 30% sur le DVD du Coin du Musicien !
 Pour les donateurs, le DVD est à 9,90 euro au lieu de 14,90 euro !
 
(Opération possible également sur la page du DVD)

 

joue Mozart  et  Schumann !  

 

 Éblouissante et Émouvante
 Delphine Bardin !

Lauréate en 1997 du Concours Clara Haskil !

Fondé en 1963, le concours honore et perpétue la mémoire de la fabuleuse pianiste. Le jury décerne un seul prix, qui ne peut être partagé. En 1997, le président de ce jury n'était autre que Michel Dalberto.
Plus de 100 candidats se présentent. En quart de finale ils ne sont plus qu'une petite quinzaine, puis ce sont les demi-finales, et enfin quatre participent à la finale qui se déroule en public.
En 1997, le prix a été décerné à Delphine Bardin qui a interprété en public le 17ème concerto pour piano K453 accompagné par l'orchestre de chambre de Lausanne, sous la direction de Jesus Lopez Cobos. 


Je pourrais m'arrêter là et vous laisser découvrir les extraits sonores, mais je ne peux m'empêcher de vous dire un mot sur la prestation de Delphine Bardin.

Vous parler de sa technique n'aurait aucun intérêt...
En aurai-je seulement la compétence, à ce niveau là ? 
Ce serait bien prétentieux et présomptueux de ma part.

 Mozart a écrit son concerto n° 17 pour une de ses élèves féminines et ce n'est pas sans doute pas un hasard, si c'est une jeune femme qui en tire aujourd'hui la quintessence, dans l'esprit de Mozart ! 

Fraîcheur ! Voilà le mot que je cherchais depuis un moment, fraîcheur et spontanéité juvénile, les mêmes sans doute qui  habitaient Mozart lorsqu'il débuta la composition de ce concerto en sol majeur.
Grâce, délicatesse et maturité !


        Lorsque Schumann compose les scènes de la forêt en 1849, l'année féconde, il est tout à fait conscient des troubles qui le gagnent et l'envahissent peu à peu.
" Créer tant qu'il fera jour "

        Delphine Bardin, nous livre spontanément le lyrisme retrouvé de certaines des œuvres de jeunesse de Schumann, comme les scènes d'enfants, mais teinté d'un  charme fait d'intimité et de discrétion, en trouvant des accents dramatiques ou suggestifs, d'une rare intensité.

Comme disait Celibidache:
On fera encore de la musique après lui !   

Henri De Bruyn

Mozart
Concerto n°17 K 453 (1er mvt)
(téléchargement 1')

Schumann
Waldszenen op 82 (Entrée)
( téléchargement 1')

W.A. Mozart (1756-1791)

Concerto pour piano n° 17en Sol Majeur K 453

Sonate pour Piano en mi bémol majeur K 282

Schumann ( 1810 - 1856 )

Scènes de la Forêt op 82  

Claves Record Cd 50-9710